Emission : Au son de la Rumba

Quand la rumba redevient africaine

La rumba serait venue des pays Kongo. Par pays Kongo, nous entendons le nord de l’Angola, l’Ouest de la République Démocratique du Congo, le sud du Congo-Brazzaville et, probablement une partie du Gabon.
En Afrique centrale, ce que nous appelons, aujourd’hui, la rumba est une danse qui simule l’acte de la procréation par le mouvement de la hanche en se frottant le nombril avec celui de son partenaire.
En Kikongo, une langue bantoue, l’acte sexuel se dit « Zumba », le nombril : « Kumba », Jeune fille : « Ndumba ».
L’acte sexuel, « Zumba », est non seulement à l’origine de la vie mais aussi une activité purement charnelle. La vie est donnée par une jeune fille, « Ndumba ». Le commerce du sexe pour des raisons purement charnelles est exercé par une prostituée qui se dit aussi « ndumba ».
L’enfant est porté par la femme. A sa naissance, cet enfant est relié à sa mère par le cordon ombilical, « Kumba ». Charge ou responsabilité se traduit par « Mokumba », en Lingala, une autre langue bantoue.
On peut remarquer que les mots « Kumba », « Zumba » et « Ndumba » se rapprochent beaucoup du mot « Rumba ».
Nous pouvons comprendre la déformation du mot « Kumba » par « Rumba » à Cuba en regardant de près l’histoire de cette grande île des Caraïbes. Cuba est une ancienne colonie espagnole. La dernière à avoir accédé à l’indépendance. Ce sont les Noirs venus d’Afrique comme esclaves à Cuba qui y ont apporté cette danse de la procréation, de la fécondité. Il est à présumer qu’avec l’influence de la langue espagnole, « Kumba » est devenu « Rumba » dans le nouveau monde. L’Espagne, au cours de son histoire et à cause de sa proximité avec le nord de l’Afrique, a toujours eu des relations avec les peuples arabes. La culture arabe d’Afrique et la culture espagnole se sont réciproquement influencées. Dans la langue arabe, le « Kh » se prononce « R ». Ainsi, « Khaled » se prononce « Raled ». Mais il y a un problème. En arabe toujours, on dit bien « Malik », « Koweït ». Le son « K » y est bien présent. En règle générale la lettre « K » se prononce « R » comme pour dire « Kadhafi », « Khomeyni ». Comme la langue espagnole a subi quelques influences arabes, « Kumba » ne serait-il pas devenu « Rhumba » ? Ce qui explique l’hypothèse selon laquelle « Kumba » est devenu « Rhumba » puis, par déformation « Rumba » à Cuba. En Espagne, quand on parle de la Rumba, les Espagnols vous envoient à leurs anciennes colonies d’Amérique, particulièrement Cuba. La musique traditionnelle espagnole dépend de la culture de chaque région. Dans le Sud, il y a le « flamenco » et la musique andalouse ou arabo-andalouse, dans la région d’Aragon, il y a « la jota », à Valence, « la valenciana », à Madrid « le chotis », dans la Galice de la musique celtique, au Pays Basque de la musique basque, au nord-est « la sardane » et la musique catalane etc. C’est le flamenco qui a tendance à devenir actuellement la danse nationale. Au Maroc, le pays arabe le plus proche de l’Espagne, il existe une danse traditionnelle proche de la rumba. Cette danse et la musique qui l’accompagne sont appelées par des maghrébins « Ginawa ». Elle est caractérisée, comme la rumba, par des déhanchements latéraux alternés. Ginawa désigne dans les pays du Maghreb toutes les musiques et danses venues du sud, particulièrement de l’Afrique noire. C’est en 1933, à l’Exposition Universelle de Chicago, aux Etats-Unis d’Amérique que les descendants des anciens esclaves noirs de Cuba ont présenté pour la première fois la rumba au monde entier. C’est à cette occasion que les Européens ont découvert cette danse. Et ils l’ont apportée dans leurs colonies. C’est ainsi que les Africains vont découvrir cette nouvelle danse qui est, en réalité, la leur, mais transformée par les occidentaux.
La rumba ou le kumba (prononcer roumba ou koumba) est le nom générique de ces danses bantoues. Elle n’est pas appelée comme telle en Afrique. Dans le Kasaï, par exemple, elle porte le nom de Mutwasi. Car, dans la plupart des langues bantoues, la lettre « R » n’existe pas. Lorsqu’un africain d’origine bantoue doit prononcer un mot comportant la lettre « r », elle est généralement brève ou simplement avalée. Les Antillais ont d’ailleurs tendance à supprimer cette consonne en français et il est inexistant en créole, comme dans la grande majorité des langues bantoues. Les francophones bantous prononcent à peine cette lettre. Alors que les Espagnols et beaucoup de méditerranéens ont l’habitude de rouler leur "R". Les Européens trouvaient la « Rumba » originale très obscène. Ils l’aurait policée. Cette transformation n’avait-il pas été influencé par le christianisme ? Ou encore par des raisons pratiques ? Car l’homme blanc n’arrivait pas à faire bouger les hanches comme le fait naturellement l’homme noir, en donnant l’impression que le bassin pivotait en dessous du ventre.

(extrait de "Kinshasa, la Rumba au cœur de l’Afrique" de José NZOLANI)

GIF - 47.9 ko
drapeau rdc

Vous pouvez suivre l’émission en direct en cliquant sur FPP à l’heure de sa diffusion puis suivez les instructions.


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 12 avril 2017
par  Nzolani

Nono Kabasele, fils de Joseph Kabasele sur Fréquence Paris Plurielle

De passage à Paris, Nono Kabasele, le fils de Joseph Kabasele est venu nous parler de son père. Le chanteur Joseph Kabasele dit le Grand Kallé ou Kallé Jeff, le fondateur de l’orchestre African-Jazz, (...)

mercredi 12 avril 2017
par  Nzolani

Le Commandant Dona Mobeti : "Dis-moi la vérité"

Le Chanteur, auteur et compositeur Dona Mobeti est venu nous présenter son nouvel album "Dis-moi la vérité".
Il nous a aussi parlé de sa riche carrière et des artistes qu’il a révélé.
Dona Mobeti et (...)

lundi 2 mai 2016
par  Nzolani

Hommage à Shaba Kahamba

Nous avons tenu à rendre hommage à Shaba Kahamba, cet auteur, bassiste et chanteur, révélé dans l’orchestre Bella-Bella de frères Soki et plusieurs fois chef d’orchestre dans l’Afrisa International qui (...)

lundi 7 mars 2016
par  Nzolani

L’homme qui répare les femmes

Comme la musique accompagne toutes les activités des Bantous au Congo, "Au Son de la Rumba" accompagne la sortie officielle en France de "L’homme qui répare les femmes", le film de Thierry Michel et (...)

lundi 7 mars 2016
par  Nzolani

L’écologie et la Rumba

Dans cette émission, nous avons tenté de démontrer la compatibilité de la Rumba avec la nature à l’occasion de la Conférence internationale sur le climat, la COP 21, qui s’est tenue du 30 novembre 2015 (...)

mardi 12 janvier 2016
par  Nzolani

Benoît BOTOMBA, Président de l’AIKI, nous parle de leur expérience humaine et humanitaire

.
L’Amicale Internationale des ressortissants de Kintambo (AIKI), est une association qui a établi une véritable passerelle entre la France et Kintambo, leur commune d’origine à Kinshasa, République (...)

mercredi 25 décembre 2013
par  Nzolani

Hommage à Likinga Mangenza dit Redo

Jadot Zengo, le grand-frère de Likinga Redo lors de l’hommage au chanteur à Asnières sur Seine Jean LIKINGA Mangenza dit Redo, né à Kinshasa le 15 mars 1954 et décédé à Reims (France) le 8 août 2013, (...)

lundi 14 octobre 2013
par  Nzolani

Les Élus Français Originaires du Congo-Kinshasa (CEFOCK)

A l’occasion de sa sortie officielle le samedi 19 octobre 2013, le Collectif des Élus Français Originaires du Congo-Kinshasa organise, dans la salle Colbert dans l’Assemblée Nationale, un colloque sur (...)

jeudi 21 juin 2012
par  Nzolani

Paul Ndombe Opetun est parti pour toujours

L’auteur, Compositeur et interprète Paul Ndombe Opetun dit Pépé nous a quitté le jeudi 24 mai 2012. Au Son de la Rumba lui a consacré une série d’émission à son hommage.
Pour écouter ces émissions, (...)

mardi 14 février 2012
par  Nzolani

Hommage à Césaria Evora

Césaria Evora avec Cécillia, notre animatrice.
Césaria Evora, la diva aux pieds nus vient de nous quitter.
Au Son de la Rumba sur Fréquence Paris Plurielle lui rend hommage.
Pour écouter (...)

Brèves

24 mai 2008 - Dans la rubrique de l’émission "Le Miroir", la sous-rubrique "Litt’orale"

Textes et traductions de chansons
Dans "Litt’orale", une sous-rubrique dans le miroir, vous (...)